5e colloque international du CIST, 19-21 novembre 2020, campus Condorcet Paris-Aubervilliers

Appels > Session U

Session U

L’information locale au prisme du temps réel

Co-porteures : Malika MADELIN (PRODIG) & Marianne GUÉROIS (Géographie-cités)

Avec la révolution numérique, on peut désormais saisir les dynamiques des territoires locaux en temps réel ou quasi-réel. Plus que le caractère volumineux des données massives, d’aucuns considèrent que c’est leur rapidité de collecte (le velocity des « 3V ») qui est amenée à transformer profondément le rôle et la place des données numériques dans l’observation et la gestion des territoires locaux (Miller & Goodchild, 2014). Dans certaines grandes métropoles, la collecte de ces flux de données en continu alimente d’ores et déjà des « tableaux de bord urbains » qui visent par exemple à développer de nouveaux services sur mesure à destination des usager·ère·s des métropoles (calculs d’itinéraires, fréquentation d’équipements…), à optimiser la gestion de certaines infrastructures (flux de transports ou d’énergie, sécurité publique…) ou encore à alerter sur l’existence de risques environnementaux (pollution de l’air, cyclones…) (Kitchin, 2014). La multiplication de ces données, issues de capteurs ou sous forme de traces géolocalisées, remontées volontairement par des citoyen·ne·s ou produites obscurément par les villes et/ou des sociétés, soulève toutefois un ensemble de questions liées tant à leur manipulation qu’aux usages qui en sont faits : selon les acteur·trice·s, quelle est la définition de ce « temps réel », quelle est la résolution temporelle considérée comme pertinente pour analyser les territoires du quotidien ? Comment concrètement recueillir et exploiter de telles données massives ? Quels sont les enjeux théoriques et méthodologiques en termes de suivi temporel d’entités géographiques et d’articulation entre échelles temporelles (Mathian & Sanders, 2014) ? Enfin, quels usages pour quels types d’acteur·trice·s et pour quelles populations ? Quels sont les apports et les limites de ces données pour la coordination des politiques publiques (Courmont, 2018) ? Quel contrôle et quelle participation des usager·ère·s à l’élaboration des visions territoriales qui en sont issues (Cardullo & Kitchin, 2019) ?

Références bibliographiques indicatives

Cardullo P., Kitchin R., 2019, “Being a ‘Citizen’ in the Smart City: Up and Down the Scaffold of Smart Citizen Participation in Dublin, Ireland”, GeoJournal, 84(1), p. 1-13.
Courmont A., 2018, « Plateforme, big data et recomposition du gouvernement urbain. Les effets de Waze sur les politiques de régulation du trafic », Revue française de sociologie, 2018/3, vol. 59.
Kitchin R., 2014, “The Real-Time City? Big Data and Smart Urbanism”, GeoJournal, 2014:1.
Mathian H., Sanders L., 2014, Objets géographiques et processus de changement. Approches spatio-temporelles, ISTE éd.
Miller H.J., Goodchild M.F., 2014, “Data-Driven Geography”, GeoJournal, 80(4), p. 449-461.

 

 

Télécharger les éléments de l'appel à communications pour cette session

fr.png gb.png es.png Session/Sesión U - Madelin, Guérois (pdf)

fr.png gb.png es.png Appel à communications/Call for papers/Convocatoria a comunicationes (pdf)

fichier modèle avec les instructions/template with instructions/archivo con las instrucciones (docx)

Personnes connectées : 1 Flux RSS