5e colloque international du CIST, 19-21 novembre 2020, campus Condorcet Paris-Aubervilliers

Appels > Session P

Session P

Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Co-porteur·e·s : Irène DOS SANTOS (Urmis), Laure EMPERAIRE (IRD), Dominique JUHÉ-BEAULATON (Centre Alexandre Koyré), Romain SIMENEL (IRD) & Emilie STOLL (Urmis)

Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les processus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.
Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :
1) Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;
2) Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;
3) Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Références bibliographiques indicatives

Boumediene S., 2016, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Les Éditions des Mondes à Faire.
Crosby A., 1993, Ecological Imperialism. The Biological Expansion of Europe 900-1900, Cambridge University Press.
Dos Santos I. (à paraître), “The Retornados ‘Rooted’ in Angola. A Generational Perspective on the Past and the Present”, in E. Peralta (dir.), Narratives of Loss, War and Trauma: The Return from Africa and the End of Portuguese Empire, Routledge.
Dos Santos I., 2012, « Avoir deux maisons et se sentir de “nulle part” : appropriation du “chez-soi” et appartenance sociale en contexte migratoire », in A. Morel-Brochet & N. Ortar (dir.), La fabrique des modes d’habiter : homme, lieux et milieux de vie, Paris, L’Harmattan, p. 251-265.
Eloy L., Emperaire L., 2011, « La circulation de l’agrobiodiversité sur les fronts pionniers d’Amazonie (région de Cruzeiro do Sul, état de l’Acre, Brésil) », L’Espace géographique, vol. 40, p. 62-74.
Emperaire L., Eloy L., 2014, “Amerindian Agriculture in an Urbanising Amazonia (Rio Negro, Brazil)”, Bulletin of Latin American Research.
Fall J., Matthey L., 2011, « De plantes dignes et d’invasions barbares. Les sociétés au miroir du végétal », VertigO, Débats et Perspectives.
Juhe-Beaulaton D., 2014, « De l’igname au manioc dans le golfe de Guinée : traite des esclaves et alimentation au royaume du Danhomè (XVIIe-XIXe siècle) », Afriques : débats, méthodes et terrains d’histoire, vol. 5.
Juhe-Beaulaton D., 2018, « Trajectoires du fruit miracle (Synsepalum dulcificum). Collectes, herbiers et pharmacologie (XVIIIe-XXe siècles) », in D. Juhé-Beaulaton & V. Leblan (dir.), Le spécimen et le collecteur. Savoirs naturalistes, pouvoirs et altérités (XVIIIe-XXe siècles), Paris, MNHN, Archives 27, p. 107-141.
Sagnes S., 2004, « Cultiver ses racines. Mémoire généalogique et sentiment d’autochtonie », Ethnologie française, 34(1), p. 31-40.
Simenel R., 2010, « Beldi/Roumi, une conception marocaine du produit du terroir, l’exemple des Aït Ba’amran de la région de Sidi Ifni », Hespéris-Tamuda, n° 45, p. 167-176.
Simenel R., 2017, « Quand les animaux et les fleurs apprennent aux enfants à parler. La transmission du langage chez les Aït Ba’amran (Maroc) », L’Homme, vol. 1, n° 221, p. 75-114.
Simenel R., Stoll E., 2019, « Comment devient-on Amérindien ou Chérif par une origine juive ? Trajectoires généalogiques pour repenser le lien au sol en Amazonie et au Maroc », Lustopie, n° 1, dossier « Judaïsmes dans les Lusotopies contemporaines » [en préparation].
Stoll E., Fischer L. R. da C., Folhes R.T., 2017, « Recenser la propriété en Amazonie brésilienne au tournant du XXe siècle : des registres de terres de João de Palma Muniz aux cartes de Paul Le Cointe », Histoire et Mesure, 32(1), p. 53-90.

 

 

Télécharger les éléments de l'appel à communications pour cette session

fr.png gb.png es.png Session/Sesión P - Dos Santos, Emperaire, Juhé-Beaulaton, Simenel, Stoll (pdf)

fr.png gb.png es.png Appel à communications/Call for papers/Convocatoria a comunicationes (pdf)

fichier modèle avec les instructions/template with instructions/archivo con las instrucciones (docx)

Personnes connectées : 1 Flux RSS