5e colloque international du CIST, 19-21 novembre 2020, campus Condorcet Paris-Aubervilliers

Appels > Appel à sessions

Calendrier prévisionnel

- 4 juin 2019 : date limite de soumission des propositions de session
                                      [  à envoyer par email à cist2020@sciencesconf.org  ]
- courant juillet 2019 : réponses du comité scientifique
- septembre 2019-janvier 2020 : appel à communications
- mars-mai 2020 : sélection finale et montage du programme
- 19-21 novembre 2020 : 5e colloque du CIST au campus Condorcet

Modalités de proposition de session

Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’espagnol.

Chercheur.se.s, enseignant.e.s-chercheur.se.s et doctorant.e.s peuvent proposer une session.

Les propositions devront comprendre :
- un titre, éventuellement un sous-titre,
- une présentation de problématique (entre 180 et 250 mots),
- une bibliographie indicative sur le sujet de la session (5 à 10 références).
Ces trois premiers points devront être rédigés en français et dans l’une des deux autres langues du colloque (anglais ou espagnol). Ils serviront à rédiger l’appel à communications pour les sessions sélectionnées.

Les points suivants pourront être rédigés dans l’une des trois langues :
- les pistes de valorisation potentiellement envisagées (publications, partenariats, élargissement de réseaux),
- les individus, équipes ou laboratoires visés (dans ou hors CIST),
- un bref CV des co-animateurs de sessions (1/2 page).

Présentation de l'appel

Le 5e colloque du Collège international des sciences territoriales se propose d’aborder les enjeux théoriques, méthodologiques et pratiques soulevés par la prise en compte simultanée de la population, du temps et des territoires. Ces enjeux portent notamment sur deux défis : (1) l’agrégation des actions individuelles ou des attributs des individus au sein d’une population sur un territoire, et (2) l’intégration de la dimension temporelle dans la dynamique des populations (humaines et/ou animales) et de leurs inscriptions territoriales, à différentes échelles.
Ces questions pourront être explorées au travers de propositions de sessions en lien avec les 7 axes du CIST.

A&T (Actions & territorialisations)

Les temporalités de l’action publique territoriale et les temporalités des dynamiques de peuplement obéissent à des logiques peu compatibles et constituent, de ce fait, des enjeux politiques majeurs. Comment les dynamiques de population sont-elles mobilisées, mises en récit, par la planification ou la prospective territoriales ? Comment des modalités territorialisées d’intervention publique tentent-elles de contrecarrer ou d’accompagner ces évolutions ?

INFTER (Information territoriale locale)

Avec la révolution numérique, on peut désormais saisir les dynamiques des territoires locaux en temps réel. La multiplication de données issues de capteurs ou sous forme de traces géolocalisées soulève toutefois un ensemble de questions. Comment concrètement recueillir et exploiter de telles données massives ? Quels en sont les apports et les limites ? Quels usages pour quels types d'acteurs ? Que deviennent ces données ? Quel contrôle et quelle participation des usagers à l’élaboration de visions territoriales issues de ces données ?

MEDIA (Médias et territoires)

Comment s’articulent le temps court des données du web et le temps long des représentations des territoires, notamment des représentations mémorielles ? Comment les médias contribuent-ils à conserver, reproduire et transformer des imaginaires territoriaux ? Quels acteurs individuels ou collectifs interviennent dans la production des représentations médiatiques des territoires ? Quel est le rôle des médias dans la formation de clichés sur les territoires, par exemple sur les territoires en crise, les flux migratoires, ou leurs représentations identitaires ?

MIT (Mobilités, identités et territoires)

Les mobilités géographiques se déploient à des échelles spatiales différenciées (nationales ou internationales) selon des temporalités spécifiques (quotidiennes, migrations temporaires ou définitives). Comment ces mobilités contribuent-elles à la structuration des territoires, et inversement ? Quels cadres théoriques et méthodologiques permettent de les saisir simultanément ? Comment dépasser les catégorisations traditionnelles ? Quel lien établir entre politique(s) migratoire(s), territoire(s) et identité(s) ?

PAST (Temps longs des territoires)

La diachronie des interrelations sociétés–environnement aborde une large variété de thématiques (construction des paysages, peuplement, utilisation/évolution des ressources, risques, etc.). Quels outils numériques d’analyse, de représentation et de modélisation peuvent être mobilisés ? Comment analyser l’agencement des temporalités propres aux différentes composantes d’un système territorial ? Quels concepts et approches peuvent être empruntés aux différentes disciplines académiques (géosciences, archéosciences, sciences historiques, etc.) ?

REMOC (Régionalisations, mondialisations, circulations)

Les processus de régionalisation du Monde (UE, ALENA, ASEAN, mais aussi les nouveaux regroupements tels que le Groupe de Lima, l'Organisation de coopération de Shanghai, l'Alliance du Pacifique, les BRICS, etc.) s'inscrivent dans des registres de temporalité distincts : évolution des institutions, fluctuations économiques et démographiques, mutations des pratiques sociales et des représentations territoriales. En quoi cette régionalisation affecte-t-elle les territoires et les populations concernés ?

SANTE (Territoires et santé)

Que ce soit dans des contextes de vieillissement de la population et de décroissance de territoires de pays du Nord ou de forte croissance démographique dans des pays émergents, le temps est au cœur des inégalités de santé. Quelles politiques publiques mettre en œuvre pour répondre à cet enjeu, à l’échelle des territoires (cartes sanitaires, réponses aux déterminants territoriaux de la santé) et des individus (trajectoires personnelles, parcours de soin tout au long de la vie, maladies chroniques, etc.) ? Selon quelles temporalités ?

Les sessions proposées pourront également aborder selon d’autres points de vue et d’autres disciplines ce triptyque Population–Temps–Territoires. Organisé en lien avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Ined sur le site du nouveau campus Condorcet, ce 5e colloque sera l’occasion de renforcer les interactions, notamment avec les démographes, les juristes et les historiens, et d’en développer d’autres dans le domaine de la santé et des sciences de la vie.

Modalités d’évaluation des propositions de session

Les sessions proposées seront évaluées par le conseil scientifique du colloque qui comprend les membres du conseil scientifique du CIST élargi à des personnalités extérieures. Les propositions de sessions seront évaluées selon les critères suivants :
- la cohérence avec la thématique générale du colloque,
- l’ouverture à la pluridisciplinarité.
Seront par ailleurs valorisées :
- les sessions co-animées par des porteurs appartenant à différentes structures, disciplines, courants, etc.,
- l’ouverture de la session à des contributions internationales.

Personnes connectées : 1 Flux RSS